L’ histoire de la bûche de Noël

La bûche de Noël est aujourd’hui un incontournable des coutumes culinaires de la fête de la Nativité.
Cette pratique nous est restée du Moyen Âge.
Elle faisait partie des rituels du feu.
La bûche était alors appelée Yule, Licht, ou tréfeu selon la région.
 
Pendant une cérémonie familiale pour l’arrivée du solstice d’hiver, dans chaque foyer on jetait de grosses rondelles de bois pour tenir les maisons au chaud.
 
Plus tard, vers le XIIème siècle, cette pratique a été reprise par l’Église catholique, mais avec certaines modifications:
– Le feu devait être alors alimenté de manière régulière dès le 24 décembre au soir, jusqu’à l’épiphanie.
– D’après la tradition, on choisissait un arbre fruitier que l’on coupait avant le lever de jour et on le décorait de feuillage avant de le brûler.
 
La combustion de la bûche était un rituel qui garantissait une bonne année à venir.
 
Par ailleurs, dans certaines régions, on plaçait autant de bûches dans la cheminée qu’il y avait de personnes dans la maison.

LE REPAS DE NOËL SE TERMINE PAR LA TRADITIONNELLE BÛCHE DE NOËL

L’évolution des moyens de chauffage a mis fin de la coutume des bûches brûlées.
Une nouvelle tradition est née : la préparation d’une bûche de Noël sous forme de gâteau. D’après la légende, c’est en 1945 (certains diront en 1834) que la pâtisserie a été présentée telle que nous la connaissons aujourd’hui.
 
 
Et chez vous, comment sera votre bûche cette année ?  Pâtissière, glacée, faite maison ? 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.