Les 5 blessures de l’âme

 

Voici quelques jours à peine , en regardant mes livres , je reste figée devant  le livre de Lise Bourbeau  “Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi-même”, que j’ai dévoré il y a plusieurs années en arrière …

 

 

 

Elle explique que lorsqu’un enfant naît, il sait au plus profond de lui que la raison pour laquelle il s’incarne, c’est d’être lui-même tout en vivant de multiples expériences. … Nous avons tous la même mission en venant sur cette planète : celle de vivre des expériences jusqu’à ce que nous arrivions à les accepter et à nous aimer à travers elles.

 

Tant qu’une expérience est vécue dans une non acceptation, c’est-à-dire dans le jugement, dans la culpabilité, la peur, le regret ou toute autre forme de non acceptation, l’ être humain s’attire sans cesse les circonstances et les personnes qui lui font revivre cette même expérience.

 

Accepter une expérience ne veut pas dire que celle-ci représente notre préférence ou que nous soyons d’accord avec elle. Il s’agit plutôt de nous donner le droit d’expérimenter et d’apprendre au travers de ce que nous vivons.

 

Je me souviens avoir dévoré ce livre, tout comme  un très grand nombre de personnes.

Pourquoi je vous en parle maintenant ?

 

 

Développer nos choix en toute conscience

 

ob_38b7a4_img-1421.jpg

 

Nous devons surtout apprendre à reconnaître ce qui est bénéfique pour nous et ce qui ne l’est pas. Le seul moyen pour y arriver est de devenir conscient des conséquences de l’expérience. Tout ce que nous décidons ou non, ce que nous faisons ou non, ce que nous disons ou non et même ce que nous pensons et ressentons entraînent des conséquences (cf. la loi d’attraction).

Lorsqu’on se rend compte qu‘une expérience provoque

des conséquences nuisibles, au lieu de s’en vouloir ou d’en vouloir à quelqu’un d’autre, on doit plutôt apprendre à accepter de l’avoir choisie (même inconsciemment). C’est ainsi qu’on vit une expérience dans l’acceptation.

Par contre, je vous rappelle que même si vous vous dites : « Je ne veux plus vivre cela », ça recommence. Vous devez vous donner le droit d’avoir à répéter plusieurs fois la même erreur, ou expérience désagréable, avant d’arriver à avoir la volonté et le courage nécessaires pour vous transformer.

 

Nos blessures proviennent de notre enfance

 

Idees-recues-sur-les-cheveux-des-bebes_parental_large.jpgEn naissant, vous vous concentrez surtout sur les besoins de votre âme qui veut que vous acceptiez avec vos acquis, vos défauts, vos forces, vos faiblesses, vos désirs, votre personnalité, etc. Nous avons tous ce besoin. Cependant, nous nous apercevons que lorsque nous osons être nous-même, cela dérange le monde des adultes ou celui de nos proches. Nous en déduisons qu’être naturel n’est pas bien, n’est pas correct. Cette découverte est douloureuse et provoque surtout chez l’enfant des crises de colère. Un enfant qui agit naturellement, qui est équilibré et qui a le droit d’être lui-même ne fait pas ce genre de crises.

Malheureusement ce genre d’enfant n’existe presque pas. J’ai plutôt observé que la majorité des enfants passent par les quatre étapes sui

vantes :

colere-postoperatoire.jpgAprès avoir connu la joie d’être lui-même, première étape de son existence, il connaît la douleur de ne pas avoir le droit d’être lui-même qui est la deuxième étape. Vient ensuite la période de crise, la révolte, la troisième étape. Afin de réduire la douleur, l’enfant se résigne et finit par se créer une nouvelle personnalité pour devenir ce que les autres veulent qu’il soit. Certaines personnes demeurent enlisées à la troisième étape durant toute leur vie, c’est-à-dire qu’elles sont continuellement en réaction, en colère ou en situation de crise.

C’est durant les troisième et quatrième étapes que nous créons plusieurs masques (nouvelles personnalités) qui servent à nous protéger contre la souffrance vécue lors de la deuxième étape. Ces masques sont au nombre de cinq et correspondent à cinq grandes blessures de base vécues par l’humain.

 

Réfléchissez, y a t’il quelque chose, une situation qui semble récurrente, des évènements désagréables qui vous arrivent beaucoup trop régulièrement, une réaction que vous avez eu et avez peut-être toujours et qui ne vous apporte pas ce dont vous avez vraiment besoin ?

 

Vous aussi, vous avez peut-être encore des blessures d’enfance à soigner et c’est toujours le bon moment d’en savoir plus sur soi, vous ne croyez pas ?

 

masques-31-300x242.jpg

Les Blessures et leurs Masques

 

 

Ces blessures sont au nombre de cinq et sont, en ordre chronologique, le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Nous naissons tous avec plusieurs de ces blessures, mais elles sont vécues à des degrés différents. Ces blessures ont été créées dans une vie précédente et sont toujours présentes, car elles n’ont pas été acceptées.

Les blessures de l’âme sont des blessures profondément ancrées en nous. Ces marques se sont gravées dans notre subconscient lors de l’enfance, et elles nous accompagnent depuis. Elles nous sont souvent transmises par nos parents, qui ont été également blessés dans leur enfance. Ces blessures jouent un rôle majeur dans notre vie, puisqu’elles conditionnent nos apports aux autres, notre comportement, nos pensées et nos émotions.

Ce n’est pas moi qui vous le dis mais nous souffrons  tous d’au moins 3 blessures. Or, il y en a une en particulier qui nous a marqué plus que les autres, qui est plus ancrée, plus importante, plus forte que les autres.. Le fait de prendre conscience de notre blessure principale nous aide à entamer un travail de guérison.

L’objectif ultime est de nous libérer de l’emprise de cette blessure, pour que nous puissions enfin être nous-même.

Tout ce qui vous arrive de désagréable, de difficile, de stressant peut être relié à une de vos blessures de l’âme. Ça inclut tout ce qui vous arrive aux plans mental (anxiété, peurs, etc.), émotionnel (culpabilités, émotions, colères, etc.) et physique (malaises, maladies, accidents, etc.).

Avant de vous décrire  les différentes blessures, il est important de savoir que pour éviter de souffrir, la personne blessée se cache derrière un masque. Or, la personne n’est pas consciente qu’elle se fait directement souffrir de cette manière. Nous tenterons donc l’approche inverse, nous enlèverons notre masque, pour enfin s’éloigner de la souffrance.

 

 

 

 

 

 

J’ai choisi ici de résumer ces différentes blessures :

 

 

1. La blessure du rejet: le masque du fuyant

 

Origine de la blessure

  • naît dans la plupart des cas du fait que l’enfant est non désiré et rejeté par un parent.
  • l’enfant ne se sent pas accepté ni accueilli par le parent du même sexe.

Caractéristiques du fuyant

  • Sensible au remarque du parent du même sexe
  • N’ose pas donner son opinion, parle peu
  • Se sent continuellement rejeté
  • Doute de son droit à l’existence et de son droit à l’amour
  • Fuit les situations où il pourrait se sentir rejeté
  • Ne s’attache pas à l’argent ni aux biens matérielles
  • Sabote ses relations
  • Cherche constamment la validation d’autrui
  • S’isole, recherche la solitude
  • Ne se donne pas le droit à l’erreur
  • Principale peur: panique

Caractéristiques physiques du fuyant

  • Corps étroit et contracté
  • Problème de peau
  • Problème de santé: arythmie cardiaque, soucis respiratoires, diarrhée

Pour se guérir et se libérer

  • Se pardonner et pardonner aux autres
  • Prendre conscience de sa blessure et l’accepter
  • Arrêter de fuir dans toute situation
  • Affronter sa peur
  • Oser s’affirmer, prendre sa place

La question à se poser est :

 « A-t-on vraiment besoin de la validation des autres pour avoir le droit de vivre ? »

 

 

2. La blessure de l’abandon: masque du dépendant

 

Origine de la blessure

  • naît du fait que le parent du sexe opposé est renfermé et laisse prendre toute la place à l’autre parent
  • manque de communication avec le parent du sexe opposé
  • ne se sent pas assez nourris affectivement

Caractéristiques du dépendant

  • Dépend des autres, cherche constamment leur soutien, leur approbation
  • Devient facilement «victime» des autres, des événements, des circonstances
  • Cherche à attirer l’attention
  • Dramatise beaucoup
  • Vis des hauts et des bas
  • N’accepte pas qu’on lui dise «non»
  • Demande des conseils
  • Préfère se laisser guiderRecherche la présence des autres
  • Principale peur: la solitude

Caractéristiques physiques du dépendant

  • Corps manquant de tonus
  • Système musculaire sous développé
  • Grands yeux tristes
  • Petite voix d’enfant
  • Lorsqu’il était enfant: malade, chétif ou faible
  • Asthme
  • Myopie
  • Hystérie
  • Dépression

Pour se guérir et se libérer

  • Prendre conscience de sa blessure et l’accepter
  • Se pardonner et pardonner aux autres
  • Apprendre à vivre en se sentant bien dans les moments de solitude
  • Ne pas chercher l’attention des autres
  • Apprendre à se soutenir soi-même et avoir confiance en soi

La question à se poser est :

« A-t-on besoin du soutien et d’aide extérieure pour vivre et accomplir nos objectifs ? »

 

 

 

3. La blessure de l’humiliation: le masque du masochiste

 

Origine de la blessure

  • L’enfant sent qu’un de ses parents a honte de lui ou se sent humilié
  • Souvent vécue avec la mère
  • naît lorsque l’enfant se sent critiqué, rabaissé et comparé

Caractéristiques du masochiste

  • Éprouve de la satisfaction et du plaisir à souffrir
  • Recherche la douleur et l’humiliation
  • Est performant, prend beaucoup de responsabilité
  • Aime prendre soin des autres
  • A du mal à exprimer ses vrais besoins
  • Relation fusionnel avec sa mère
  • Hypersensible
  • Se dévalorise souvent
  • Se punie lui-même
  • Principale peur: liberté ( peur d’abuser s’il n’a pas de limites. )

Caractéristiques physiques du masochiste

  • Développe un corps qui lui fait honte
  • Souvent gros, rondelet
  • Corps physique prend beaucoup de place
  • Maux de dos
  • Problèmes respiratoires
  • Mal de gorge
  • Problèmes cardiaques
  • Extrémiste au niveau de l’alimentation

Pour se guérir et se libérer

  • Prendre conscience de sa blessure et l’accepter
  • Reconnaître à quel point il a eu honte de soi-même
  • Se pardonner et pardonner aux autres
  • Prendre le temps de reconnaître ses besoins avant d’aider les autres
  • En prendre moins sur les épaules

La question à se poser :

 

« A-t-on vraiment besoin de plaire pour vivre ? »

 

 

 

4. La blessure de la trahison: le masque du contrôlant

 

Origine de la blessure

  • naît lorsque le parent du sexe opposé dévalorise ou maltraite le parent du même sexe
  • l’enfant se sent trahit de ne pas recevoir l’attention tant désirée du parent du sexe opposé

Caractéristiques du contrôlant

  • chaque fois qu’une promesse n’est pas tenue ou que sa confiance est trompée, le contrôlant se sent trahi
  • Personne très physiques, très forte
  • Aime attirer l’attention
  • Exigeante avec elle-même
  • Ne supporte pas la lâcheté chez les autres
  • Forte personnalité
  • Veut à tout prix que les autres adhèrent à ses propos
  • Impatient avec les gens plus lents
  • Mental très actif
  • Veut avoir le contrôle sur tout
  • N’aime pas se confier
  • Se met facilement en colère
  • Principale peur: la dissociation

Caractéristiques physiques du contrôlant

  • Corps qui démontre de la force et du pouvoir
  • Pour l’homme: épaules larges, poitrine bombée
  • Pour la femme: bas du corps plus large que les épaules
  • Regard intense et séducteur
  • Maux d’articulation, inflammations

Pour se guérir et se libérer

  • Prendre conscience de sa blessure
  • Se pardonner et pardonner aux autres
  • Apprendre à ne plus se mettre en colère lorsque les choses ne se déroulent pas comme il l’entend
  • Apprendre à lâcher-prise et à ne plus vouloir tout contrôler
  • Laisser les autres prendre leur place et ne plus être le centre d’attention

 La question à se poser :

 

« Laisserions-nous une peur diriger nos vies ? »

 

 

 

 

5. La blessure de l’injustice: le masque du rigide

 

Origine de la blessure

  • Naît lorsque l’enfant vit sous le règne de parents froids, sévères et autoritaires
  • L’enfant trouve injuste le fait de ne pas pouvoir s’affirmer et s’exprimer
  • Vit surtout la blessure avec le parent du même sexe

Caractéristique du rigide

  • Mal à s’exprimer et à être lui-même
  • Se coupe de ses émotions
  • Fait croire aux autres que rien ne l’atteint
  • Cherche la justice à tout prix
  • Perfectionniste
  • Se sent apprécié pour ce qu’il fait et non ce qu’il est
  • Très optimiste en surface
  • Craint l’autorité
  • Se débrouille seul et a de la difficulté à demander de l’aide
  • La notion de «bien et de mal» est au cœur de son existence
  • Exigeant envers lui-même
  • Constamment dans l’action
  • Croit «mériter» tout ce qui lui arrive
  • Difficulté à reconnaître ses limites
  • Principale peur: la froideur

Caractéristiques physiques du rigide

  • Corps droit et équilibré
  • Bien proportionné, épaules droites de la même largeur que les hanches.
  • Peur de prendre du poids
  • Manque de souplesse et de flexibilité
  • Regard brillant, mâchoire serrée, cou raide
  • Corps tendu, même au repos
  • Inflammations, burn-out, surmenage
  • Constipation
  • Insomnie
  • Peau sèche

Pour se guérir et se libérer

  • Prendre conscience de sa blessure
  • Se pardonner et pardonner aux autres
  • Se donner le droit à l’erreur, être moins perfectionniste
  • Montrer sa sensibilité, libérer ses émotions

 La question à se poser :

 

A-t-on vraiment besoin d’être parfait pour se donner le droit à la vie et aux plaisirs ?

 

 

Nous cherchons sans cesse le pourquoi de notre existence, par la validation des autres, la perfection aux yeux des autres, le contrôle sur les autres, l’amour des autres, en fait nous cherchons des raisons extérieures.

 

 

Alors soyons indulgents envers nous-mêmes, nous n’avons pas besoin d’être parfaits pour mériter le bien qui vient à nous et soyons tolérants envers les autres car eux aussi souffrent.

 

 

 

 

 

 « SE PARDONNER POUR MIEUX RECOMMENCER 

PARDONNER AUX AUTRES POUR MIEUX S’EPANOUIR « 

 

 

 Prendre conscience de sont état.
Accepter d’avoir mal et de faire mal, s’aimer et aimer les autres malgré tout.
Se pardonner ses imperfections, erreurs, faiblesses, forces à soi et aux autres, car eux aussi ils souffrent.
Accepter sa blessure et ne pas accuser les autres.

 

 

Pour avancer, voici les 4 étapes de la guérison

 

 

1 – Devenir conscient du masque que l’on porte

2 – Eprouver de la révolte lorsque l’on sent de la résistance à accepter sa responsabilité préférant accuser les autres de ses souffrances.

3 – Se donner le droit d’avoir souffert et d’en avoir voulu à ses parents ou à autrui et être capable d’avoir de la compassion pour eux qui également souffrent.

4  – La dernière étape où l’on redevient soi même en atteignant sa source. On n’a plus besoin de porter son ou ses masques pour se protéger , on accepte d’avoir mal ou de faire mal , on accepte la vie telle qu’elle est et surtout on apprend l’AMOUR DE SOI. S’aimer est le droit d’être celui que l’on est et de s’accepter. L’amour véritable est l’expérience d’être soi même !

 

 

Les phrases «prendre conscience de sa blessure» et «se pardonner et pardonner aux autres» reviennent pour les 5 blessures.

Le fait d’amener à votre conscience votre blessure principale et de pardonner est à la base de toute guérison. ( article sur le pardon ici )

J’ai lu ce livre à plusieurs années d’ écart, en reconnaissant par la suite d’autres blessures !

J’espère que vous avez réussi à identifier la blessure qui vous empêche d’être vous-même et qu’enfin vous puissiez vous en libérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.